Récit B

Un facteur pas comme les autres…

Nous sommes au 13bis, rue de l’Inspecteur, en France et en face de la villa de M. Loupiotte, un citoyen âgé de 30 ans qui aime particulièrement l’histoire et les romans d’aventure.
Il aime aussi se prélasser dans son fauteuil pour fumer sa belle pipe en bois d’olivier. Mais un soir, alors qu’il s’occupait de son activité habituelle, dring, dring, sa sonnette retentit : « Une lettre pour M. Loupiotte ! ». dit Jacques-André, le facteur du quartier.
- « Merci vieux frère !!! » répondit alors M. Loupiotte.
- « Et d’ailleurs, aurais-tu des nouvelles de Mary Jane ? » reprit-il.
- « Justement dit Jacques-André, cette lettre est de sa part. »
- « Très bien, car elle ne m’a pas envoyé de mot depuis cinq ans ! » répliqua M. Loupiotte.
M. Loupiotte ouvrit aussitôt l’enveloppe et en sortit la fameuse lettre tant attendue. Il la déplia et lut ce texte-ci :
Cher Loupiotte,
J’ai appris que j’allais partir en Allemagne et je voudrais que tu m’accompagnes pour ce voyage. C’est pourquoi je t’ai envoyé cette lettre et ce billet d’AGV (Avion à Grande Vitesse). J’ai essayé de te l’envoyer à ton ancienne adresse : 6 rue des Cocotiers, mais tu n’étais pas là. Alors, j’ai envoyé ce mot par mail via Frii.fr.
J’espère que tu l’as reçue. A bientôt,
Mary Jane

M. Loupiotte en avait les larmes aux yeux et dit au facteur :
- « Je suis ravi de m’en aller, car je me lassais de fumer le même tabac dans la même pipe ! »
- « J’en suis content pour toi, mon vieux !!! » dit Jacques-André dont les yeux virèrent au violet un cours instant.

 Fin Partie N°1 Classe de CM2 de Mme FENOT – ( FENOT Carine ) Ecole Sainte Clotilde
——————–

Il referma la porte de la maison de Monsieur Loupiotte, et des petites écailles noires sortirent de son cou. Il repartit chez lui à toute vitesse, en pédalant comme un fou sur son vélo de facteur.

Arrivé chez lui, il prit une gélule bleue et ses écailles disparurent. Ouf ! Son plan avait fonctionné ! Monsieur Loupiotte n’y avait vu que du feu et était tombé dans son piège !

En effet, Jacques- André était un facteur pas comme les autres. Il avait l’apparence d’un homme mais sans ses gélules bleues, il se transformait en « Serpenzard », mi serpent, mi lézard. Il voulait  envoyer Monsieur Loupiotte en Allemagne car il voulait récupérer sa maison pour y installer son laboratoire avec sa femme Marie Jane…

 Fin de la partie N°2 Classe de CM1-CM2 de Mme Marie Benchargui Ecole Sainte Marthe
——————

En fait, à la suite d’une double morsure de serpent et de lézard, Jacques André s’était transformé en « Serpenzard ». Il avait besoin d’un laboratoire pour fabriquer les gélules bleues indispensables pour rester sur terre et endormir la méfiance des humains.

Le facteur souhaitait devenir le maître du monde. Pour cela il avait élaboré une machine pour cloner les êtres vivants. La durée de vie d’un clone était limitée à trois heures ; ensuite il ne restait que la mue.

Loupiotte se méfiait car il trouvait étrange et bizarre que Mary Jane lui écrivit après un si long silence. Elle n’avait jamais pris de ses nouvelles pendant ces cinq années. Par curiosité, le lundi douze mai, date prévue du départ, il alla jusqu’à l’aéroport en se demandant si elle serait au rendez-vous.

Elle était là et Loupiotte la trouva toujours aussi jolie, toute fine, brune avec un chignon. Elle portait une robe noire à paillettes, un legging en dentelles et des chaussures à talons. Un pull en laine gris complétait sa tenue. Elle arborait une bague qui ressemblait à un serpent mais avec des pattes ! Une améthyste formait l’œil de cette créature. Cependant, le regard de la jeune femme lui sembla changé. Mais ce qu’ignorait Loupiotte, c’est qu’il s’agissait d’un clone. C’était juste une image, mais son esprit était vide de souvenirs. Loupiotte la complimenta sur sa tenue.

- Quelle jolie robe as-tu ? Elle me fait penser à celle que tu portais sur les bateaux mouches à Paris.

- Ah, bon, je ne me souviens pas de cette croisière, c’est si loin …

-  C’est vrai, cela fait déjà six ans !

Loupiotte évoqua encore plusieurs souvenirs, un silence pesant s’installa.

Il voulut encore connaitre la raison de cette si longue absence et elle l’entraina manger un hot-dog pour faire diversion.

-  Je ne me sens pas bien, je vais aux toilettes avant de monter dans l’AGV. Vas-y, embarque, je te rejoins dans l’avion.

fin de la partie 3 classe de Mme Delaplace
———————-

M.Loupiotte termina son hot-dog seul et en se posant beaucoup de questions sur l’attitude de Mary Jane. Elle lui semblait vraiment bizarre, et pourquoi avait-elle fait appel à lui pour l’accompagner en Allemagne?
« Les voyageurs en direction de Berlin sont priés de se présenter à la porte 7B « 
Mary Jane n’était toujours pas revenue, en fait elle communiquait par l’intermédiaire de sa bague  avec Jacques-André. Celui-ci voulait savoir comment se passaient les retrouvailles entre les deux amis.
« Est-ce que M.Loupiotte se doute de quelque chose? demanda Jacques-André
- Non je ne pense pas, mais je ne sais pas quoi lui répondre… Il ne me reste pas beaucoup de temps, à peine deux heures avant de disparaitre.
-Il doit absolument prendre l’ AGV, sinon je ne pourrai pas  récupérer la maison et y installer le laboratoire qui  me permettra de devenir le maitre du monde
- Je vais me débrouiller … « 
L’améthyste de la bague se mit à clignoter et la communication s’arrêta. Mary Jane rejoignit M.Loupiotte .
-Excuse-moi , je ne me sentais pas bien, mais je vais mieux maintenant dit-elle
Ils partirent ensemble vers la porte 7B. M.Loupiotte s’avança et une fois les contrôles effectués , il se dirigea vers l’AGV.Puis ce fut le tour de Mary Jane. Mais au moment de passer le portique de sécurité, il y eut un problème. L’image de Mary Jane n’apparaissait pas à l’écran !!!  M.Loupiotte ne se rendit compte de rien, il s’installa dans l’avion.

Ecole Jeanne d’Arc Andrézieux Patricia Bernard
————————-

Mais il se posait beaucoup de questions. Mary Jane avait changé, elle n’était plus la même…  Perdu dans ses pensées, il n’entendit pas tout de suite la sonnerie de son portable. En décrochant, il se disait que ce devait être son amie puisqu’elle n’était toujours pas dans l’avion…

« Allo Mary Jane ? Mais où es-tu passée ? L’avion ne va pas tarder à décoller.  Nous venons à peine de nous retrouver après 5 ans d’absence et c’est la deuxième fois en une heure que tu me laisses tomber ! dit Mr Loupiotte, un brin exaspéré.

-         Salut Loupiotte, je ne comprends rien à ce que tu racontes ! Je suis devant chez toi et je m’apprêtais effectivement à venir te voir pour t’expliquer cette si longue absence, et toi que me dis-tu ? Que je suis avec toi ? Tu as perdu la tête ? Où est-ce une blague ? »

Tout alla très vite dans la tête de Loupiotte ! Le  courrier, les  années d’absence sans nouvelle, le regard changé de Mary Jane à l’aéroport, ses souvenirs oubliés …Mais qui était cette femme ? Que lui  voulait-elle ? Il s’échappa de l’avion avant le décollage, ne chercha même pas l’imposteur, prit un taxi et fonça chez lui. Il avait demandé à Mary Jane (la vraie !) de l’attendre.

Quand ils se retrouvèrent devant chez lui, elle lui confia qu’elle avait été enlevée par Jacques-André cinq ans auparavant. Il l’avait gardée enfermée chez lui pour la cloner à sa guise. Mais Mary Jane venait de réussir à s’échapper.

En rentrant chez Loupiotte, ils prirent Jacques-André la main dans le sac. Cet homme, au projet diabolique, avait commencé à installer son laboratoire. Loupiotte repéra sur son doigt la même bague serpent que sur l’index de la femme de l’aéroport. Il comprit qu’il y avait bien un lien entre le facteur et le clone de Mary Jane rencontré à l’aéroport.

Justement le clone surgit dans la maison. Voilà Loupiotte en présence de Jacques-André et des deux Mary Jane. Cette histoire de dédoublement eut le don de le rendre fou ! Loupiotte arracha la bague serpent du doigt du clone qui disparut instantanément ! Il ne resta que la mue ! Jacques-André, quant à lui, sentit les écailles poussées dans son cou, il se transforma en serpenzard.

Mr Loupiotte et Mary Jane l’enfermèrent dans le vivarium du salon. Le lendemain, ils donnèrent le vivarium au zoo de la ville : ils étaient ravis de récupérer cette bête si rare, mi serpent, mi lézard !

Depuis ce jour, Mr Loupiotte a repris sa place habituelle dans son fauteuil où il peut se prélasser avec sa pipe en bois d’olivier. Mary Jane passe régulièrement le voir et ils voyagent de temps en temps tous les deux.

Fin partie  Stéphanie DANIBO Ecole Sainte Anne d’Auray




Les Provost |
Demain est un autre jour... |
CrTice47 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Groupe Jaune
| teresadupraz
| Un Ange vint...ou plutôt un...